J’encourage mes élèves à poursuivre leurs rêves

Posté dans : Actualités | 0

Elle se submerge tous les jours dans une mer de livres dans notre bibliothèque. Mais cet océan de mots est une passion qu’elle partage avec celui du monde aquatique. Elodie Turpin, documentaliste, responsable de la bibliothèque au lycée Français international de Gran Canaria, combine ce travail avec la production et la direction de documentaires sur les fonds marins. Plusieurs prix internationaux sont venus reconnaître un enthousiasme qu’elle sait transmettre à ses élèves, associé á un message pour que ceux-ci redoublent d’efforts pour la préservation de l’environnement. Elle nous en dévoile plus sur sa profession dans cette entrevue.


(photo La Provincia)

Comment est née ta passion pour le monde marin?

Honnêtement, je ne sais pas ! Je suis née à Montréal, une île entourée d’eau douce ! Mais j’ai toujours adoré être dans la Nature et prendre le temps de l’observer. Et je suis une grande curieuse. Dès le plus jeune âge, j’ai eu la chance de découvrir les océans et cette envie d’y passer le plus de temps possible ne m’a plus quittée.

Quelle a été ta production la plus couteuse ou celle qui te tient le plus à cœur?

Sans aucun doute, mon dernier film, Les Secrets de l’ange, pour les deux raisons ! J’ai travaillé dessus pendant plus de 4 ans, passant plusieurs centaines d’heures sous l’eau, et encore plus devant l’ordinateur à écrire les textes et à monter les images. Mais j’ai découvert un animal unique, étrange et méconnu, le requin ange, qui m’a fait palmer jusqu’à épuisement – alors que lui s’éloignait gracieusement ! – et greloter agrippée à ma caméra en attendant le comportement que je voulais filmer.

Beaucoup d’efforts, parfois un peu de découragement, mais surtout les souvenirs d’une joie intense lorsque les requins se laissaient approcher et filmer sans broncher, pour me laisser entrevoir quelques-uns de leurs secrets.

Comme je fais tout, les images, le montage, le texte et la narration, c’est toujours rafraichissant de voir que le film a du succès ! Les Secrets de l’ange a eu de bien nombreux prix internationaux et ici, en Espagne, il a eu le Permier Prix, la Barandilla de Oro, au Festival Cinesub de San Sebastian.

Prépares-tu un nouveau documentaire en ce moment?

J’ai de nombreux scénarios plus ou moins commencés (plus d’une quinzaine !), mais je ne me suis pas encore décidée sur l’un ou l’autre. Cela dépend de ce que je réussi à filmer, aux publications scientifiques que je peux lire pour comprendre un animal ou avoir plus de détails sur un habitat et, sur l’inspiration que j’ai pour écrire ! Il faudra bien que je me décide bientôt!

Comment combines-tu ton travail au Lycée avec cette passion?

En apprenant à réduire mes heures de sommeil ! Plus sérieusement, ce n’est pas facile et c’est pour ça qu’un film me prend plusieurs années à réaliser. J’essaie tout de même de toujours prévoir un petit moment pour mes films pendant les fins de semaines et les vacances. Et puis, le fait d’avoir à prendre du temps et d’avoir à laisser un film et un scénario de côté pendant un moment me permet de prendre du recul et de replonger dedans avec enthousiasme !

Quelle est ta formation?

J’ai eu la chance de pouvoir compter sur des professeurs qui m’ont appuyée tout au long de mes études universitaires, pour me permettre de suivre deux cursus à la fois, la Biologie et les Études Cinématographiques. En Biologie, après les cours du tronc commun, j’ai pu me lancer dans le Comportement Animal, et de même, en Études Cinématographiques, j’ai pu ensuite choisir les cours ayant un lien avec le Documentaire. J’espère pouvoir encourager les élèves à suivre leur rêve, comme on me l’a permis !

Je me suis ensuite spécialisée dans le Comportement Animal, avec plusieurs cours et formations sur, entre autres, les requins. Tout cela m’aide énormément pour filmer un animal : savoir comment il va réagir et prévoir mes gestes pour le déranger le moins possible.

Comment perçois-tu le grand problème des changements climatiques et la contamination des mers?

Les changements climatiques sont et, malheureusement seront, les plus gros problèmes de plusieurs générations. Et cela concerne tous les pays, sans exception, car nous vivons tous sur la même planète. Il y a, pour une fois, un consensus mondial des communautés scientifiques pour affirmer que nous sommes dans l’urgence. Ces changements affectent tous les milieux, mais évidemment, ceux qui touchent les mers et les océans me touchent plus profondément.

À travers les projets que nous réalisons, j’essaie toujours de sensibiliser les élèves aux petits gestes qui peuvent faire une grande différence. Et je les encourage à intervenir autour d’eux. Avec un sourire, et formulé d’une belle manière, tout peut se dire !

En tant que professeure documentaliste, essaies-tu de transmettre quelques-unes de tes connaissances aux élèves?

Bien sûr ! Cela fait partie de moi et je ne peux pas devenir une autre personne quand je suis avec les élèves. Et de plus, plusieurs de ces connaissances font partie de leur programme scolaire ! Et si je dévie un peu, il n’y a aucun mal à enrichir sa culture générale !

Quels enseignements penses-tu que le monde marin puisse nous donner?

Et il faut que je réponde en quelques lignes ? Ça va être dur ! C’est un monde merveilleux, rempli d’habitants de mille formes et tout autant de couleurs, où chacun a trouvé sa place, où tous ont réussi à vivre en harmonie et où tous, même les plus grands, dépendent des uns et des autres pour vivre. C’est ce qui en fait sa fragilité, mais surtout sa beauté, sur laquelle on devrait s’inspirer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.